Comprendre le fonctionnement de la vessie

  • Si vous vous occupez d’une personne souffrant d’incontinence urinaire, une connaissance rudimentaire du fonctionnement de la vessie peut s’avérer utile, notamment lors de vos entretiens avec les professionnels de santé.

    L’appareil urinaire se compose des deux reins, des uretères, de la vessie et de l’urètre. Les reins se situent dans le dos, au niveau du bas de la cage thoracique et de part et d’autre de la colonne vertébrale. Produite par les reins, l’urine est acheminée par les deux uretères vers la vessie, où elle est stockée jusqu’à la miction.
    La fonction de la vessie est de stocker l’urine puis de l’évacuer de manière contrôlée. Elle est reliée à la peau par un autre canal, l’urètre, qui débouche juste au-dessus de l’orifice vaginal chez la femme et au bout du pénis chez l’homme.
    Chez l’homme, la prostate entoure la partie initiale de l’urètre, juste en dessous de la vessie.

    Fonctionnement d’une vessie normale

    Les reins filtrent votre sang et retiennent les déchets que votre organisme doit ensuite éliminer. Les reins rejettent ces déchets en produisant l’urine, qui s’écoule par des canaux appelés uretères vers la vessie, où elle est recueillie. La vessie a deux fonctions principales : le stockage et l’évacuation de l’urine. Votre organisme expulse l’urine de la vessie en utilisant un muscle de l’abdomen qui contracte la vessie et la vide lorsque c’est nécessaire. Juste en dessous du col de la vessie, un canal appelé « urètre » permet à l’urine d’être évacuée de la vessie. Ce canal est entouré par les muscles du sphincter qui le maintiennent fermé jusqu’à ce que vous soyez prêt à aller aux toilettes.
    Lorsque la vessie commence à se remplir, les nerfs envoient des messages de la vessie au cerveau pour l’en informer. Votre cerveau vous signale alors que vous devez commencer à penser à aller aux toilettes, et commande dans le même temps aux muscles de rester fermés jusqu’à ce que vous soyez prêt à uriner.

    Une vessie normale se vide 4 à 7 fois par jour, en fonction de la quantité de liquide bue, et peut contenir jusqu’à 0,5 litre d’urine. Votre vessie vous signale généralement que vous devrez bientôt aller aux toilettes lorsqu’elle contient la moitié de cette quantité, et vous laisse également suffisamment de temps pour trouver des toilettes. Une vessie normale se vide complètement chaque fois que vous urinez et ne fuit pas."

  • Une vessie en bonne santé

      La personne dont vous vous occupez peut contracter certaines habitudes en vue de maintenir sa vessie en bonne santé :
    • Boire en quantité suffisante
    • Manger sainement et éviter la constipation
    • Pratiquer régulièrement des exercices de renforcement du périnée

    Boire en quantité suffisante

    Quelle est la quantité recommandée ?

    Pour maintenir sa vessie en bonne santé, il est très important que votre proche boive une quantité suffisante de liquide chaque jour. Un apport hydrique adéquat est même essentiel au fonctionnement optimal de sa vessie. Si la personne ne boit pas assez, sa vessie va s’habituer à retenir de plus petites quantités d’urine et deviendra très sensible. Si elle boit trop, elle devra aller plus souvent aux toilettes, ce qui augmentera le risque d’accident.
    Il est recommandé de boire au moins 1,5 à 2 litres (soit 6 à 8 verres) de liquide par jour. Si la personne dont vous vous occupez boit actuellement moins que cela, vous devriez essayer d’augmenter progressivement son apport hydrique. Il est plus facile de lui faire boire de petites quantités à la fois, à répartir tout au long de la journée.
    Les personnes souffrant d’incontinence urinaire sont souvent tentées de réduire leur consommation de boissons pour soulager leurs symptômes, ce qui est une erreur. A court terme, elles peuvent avoir l’impression que cela aggrave leur situation, mais ce n’est que temporaire. A long terme, la vessie apprend à retenir plus d’urine et devient moins sensible, irritable et sujette à l’infection.

    Les boissons recommandées

    Les boissons les plus saines pour la vessie sont l’eau, les jus de fruits, les tisanes et les sirops de fruits. Une étude suggère que le jus de canneberge peut soulager les symptômes des personnes souffrant d’infections urinaires fréquentes. Boire 1 ou 2 verres (soit 250 à 600 ml) par jour peut être bénéfique, mais veillez à ce que la teneur en jus soit élevée, car de nombreux produits sont fortement dilués. Cherchez un produit dont la teneur en jus est de 20 à 25 %. Les personnes diabétiques sont tenues de consulter leur médecin ou leur professionnel de la santé avant de boire ce type de jus.

    Les boissons à éviter

    Les boissons contenant de la caféine et les boissons gazeuses, notamment celles contenant des édulcorants artificiels, sont à éviter car elles peuvent aggraver les problèmes de votre proche. Les boissons alcoolisées, et en particulier les alcools forts, peuvent également irriter la vessie.
    Il peut être utile de tenir un journal dans lequel vous noterez exactement ce que boit la personne dont vous vous occupez et quel type de boisson tend à améliorer ou à aggraver la situation. Vous saurez ainsi quelles sont les boissons à éviter.
    Les personnes prenant de la warfarine ou souffrant de diabète doivent consulter leur médecin avant d’apporter des changements significatifs à leur consommation de boissons.

    Manger sainement et éviter la constipation

    Si les intestins ne se vident pas correctement, ils se gonflent, poussent vers le bas et exercent une pression sur la vessie. Il est donc important que la personne dont vous vous occupez mange des aliments adéquats et évite la constipation. Pour ce faire, il convient d’adopter une alimentation équilibrée, qui sera également bénéfique pour sa santé en général.
    La personne dont vous vous occupez doit avoir une alimentation équilibrée, qui ne contienne pas trop de graisses, soit riche en fibres et comprenne au moins 5 portions de fruits et de légumes par jour. La consommation de pain, de pâtes et de riz complets, ainsi que de noix, graines et légumes secs peut également s’avérer utile. En plus de prévenir la constipation, il a également été démontré qu’une alimentation riche en fibres contribue à diminuer les taux de cholestérol dans le sang et favorise la digestion. La surcharge pondérale peut également aggraver les problèmes urinaires à long terme. L’excès de poids exerce en effet une pression excessive sur les muscles du périnée, ce qui les fragilise et peut alors causer une incontinence urinaire d’effort.

  • Exercices de ré-éducation périnéale

    La ré-éducation du périnée est importante pour la personne dont vous vous occupez car elle lui permet de renforcer les muscles du plancher périnéal, pour mieux contrôler sa vessie et ainsi limiter – voire éviter – les fuites d’urine. Comme tous les muscles, plus ils sont utilisés et entraînés, plus le périnée sera fort et résistant.

    Qu’est-ce que le plancher périnéal et où se situe-t-il ?

    Le plancher périnéal est un groupe de muscles qui s’étend du coccyx (en arrière) au pubis (en avant). Il entoure la partie inférieure de la vessie et du rectum, et les maintient correctement en place. Chez les femmes, les muscles du périnée soutiennent également l’utérus. Chez les deux sexes, les muscles du périnée jouent un rôle essentiel dans la fermeture de l’urètre (canal de l’urine) et du rectum.

    Fonctionnement du plancher périnéal

    Les muscles du périnée sont maintenus serrés et légèrement tendus pour empêcher les fuites d’urine de la vessie ou les fuites de selles des intestins. Lorsque vous urinez ou allez à la selle, les muscles du périnée se relâchent. Ils se resserrent ensuite pour reprendre le contrôle.

    Pourquoi les muscles du plancher périnéal s’affaiblissent-ils ?

      Chez les deux sexes, plusieurs facteurs peuvent affaiblir les muscles du plancher périnéal :
    • Un manque général d’activité physique
    • Le vieillissement
    • Les efforts de poussées répétées lors de la défécation
    • Le port répété de charges lourdes
    • Les toux chroniques
    • L’obésité
    • Les lésions neurologiques, notamment après une attaque cérébrale

    Chez les femmes, les muscles du plancher périnéal sont souvent endommagés lors de l’accouchement, ce qui peut contribuer à une incontinence urinaire ou fécale.

    Que peut apporter la ré-éducation périnéale ?

    La ré-éducation périnéale permet de renforcer ces muscles, de sorte qu’ils remplissent à nouveau leur rôle de soutien. Vous pouvez ainsi mieux maîtriser votre vessie, et limiter – voire prévenir – les fuites urinaires. Comme tous les muscles, plus ils sont utilisés et entraînés, plus le périnée sera fort et résistant.

    La ré-éducation périnéale pour traiter l’incontinence urinaire d’effort

    Le plancher périnéal comporte deux types de fibres musculaires : les fibres à contraction lente et les fibres à contraction rapide. Celles-ci réagissent différemment en fonction du type d’activité que vous effectuez pendant la journée. Il est important que vous pratiquiez tous les jours des exercices qui renforcent les deux types de fibres.
    Il est essentiel de rééduquer les muscles adéquats, et vous serez peut-être adressé à un professionnel de la santé ou à un kinésithérapeute qui pourra vous donner davantage de conseils sur les exercices à pratiquer.

  • Exercices de ré-éducation périnéale pour les femmes

    Apprendre à tonifier les bons muscles

      Au début, vous devrez probablement aider la personne dont vous vous occupez à réaliser ces exercices, puis lui apprendre rapidement à les pratiquer seule. Demandez-lui d'enchaîner les étapes suivantes :
    1. S’asseoir ou s’allonger confortablement. Les muscles des cuisses, des fesses et de l’abdomen doivent être relâchés.
    2. Contracter le muscle qui entoure le rectum, comme si la personne essayait de stopper une diarrhée ou de retenir des gaz. Relâcher ensuite ce muscle. Faites-la répéter ce mouvement plusieurs fois jusqu’à ce qu’elle soit sûre qu’elle tonifie les bons muscles. Les fesses et les cuisses ne peuvent pas être contractées.
    3. La personne doit à présent imaginer qu’elle est en train d’uriner et qu’elle essaie d’arrêter le jet. Elle doit alors utiliser des parties des muscles périnéaux légèrement différentes (plus à l’avant) de celles du premier exercice. Ce sont ces parties qu’il faut tonifier.
    4. Le nombre de contractions musculaires réalisées chaque jour dépend de la capacité de ses muscles de bouger ainsi que de leur force.
    5. Ces exercices doivent être pratiqués trois ou quatre fois à des moments réguliers de la journée, par exemple après que la personne est allée aux toilettes, lorsqu’elle boit ou qu’elle est allongée dans son lit. Il peut également s’avérer utile de contracter les muscles du plancher périnéal avant de se lever d’un fauteuil, de tousser ou de soulever quelque chose de lourd.
    6. En plus de réaliser ces exercices à des moments fixes, il est recommandé de s’habituer à les pratiquer tout en vaquant à ses activités quotidiennes.
    7. Au bout de quelques semaines, les muscles commenceront à être plus forts et plus résistants. La personne devrait pouvoir contracter les muscles du périnée plus longuement sans que ceux-ci ne se fatiguent.
    8. Il faut parfois compter jusqu’à 3 mois pour obtenir le résultat escompté. Si la personne ne constate que très peu de changement (voire aucun), veuillez contacter un professionnel de santé.

    Pour plus d’informations sur la ré-éducation périnéale pour les femmes, consultez le site Web de la Bladder and Bowel Foundation www.bladderandbowelfoundation.org

  • Exercices de ré-éducation périnéale pour les hommes

    Apprendre à tonifier les bons muscles


      Au début, vous devrez probablement aider la personne dont vous vous occupez à réaliser ces exercices, puis lui apprendre rapidement à les pratiquer seule. Demandez-lui d'enchaîner les étapes suivantes :
    1. S’asseoir ou s’allonger confortablement. Les muscles des cuisses, des fesses et de l’abdomen doivent être relâchés.
    2. Contracter le muscle qui entoure le rectum, comme si la personne essayait de stopper une diarrhée ou de retenir des gaz. Relâcher ensuite ce muscle. Faites-la répéter ce mouvement plusieurs fois jusqu’à ce qu’elle soit sûre qu’elle tonifie les bons muscles. Les fesses et les cuisses ne peuvent pas être contractées. Si sa technique est correcte, la personne sentira une légère érection. On remarquera aussi que le pénis se rétracte et que le scrotum se soulève.
    3. Le nombre de contractions musculaires réalisées chaque jour dépend de la capacité de ses muscles de bouger ainsi que de leur force.
    4. Ces exercices doivent être pratiqués trois ou quatre fois à des moments réguliers de la journée, par exemple après que la personne est allée aux toilettes, lorsqu’elle boit ou qu’elle est allongée dans son lit. Il peut également s’avérer utile de contracter les muscles du plancher périnéal avant de se lever d’un fauteuil, de tousser ou de soulever quelque chose de lourd.
    5. En plus de réaliser ces exercices à des moments fixes, il est recommandé de s’habituer à les pratiquer tout en vaquant à ses activités quotidiennes.
    6. Au bout de quelques semaines, les muscles commenceront à être plus forts et plus résistants. La personne devrait pouvoir contracter les muscles du périnée plus longuement sans que ceux-ci ne se fatiguent.
    7. Il faut parfois compter jusqu’à 3 mois pour obtenir le résultat escompté. Si la personne ne constate que très peu de changement (voire aucun), veuillez contacter un professionnel de santé.

    Pour plus d’informations sur la ré-éducation périnéale pour les hommes, consultez le site Web de la Bladder and Bowel Foundation www.bladderandbowelfoundation.org

 > Retour

Recherche de produits

je soigne une personne incontinente

Témoignages

  • Elisabeth, 48
    Elisabeth, 48
    Bonjour, je m'appelle Elisabeth. Je vis avec ma maman de 72 ans dans une maison mitoyenne de ...  > En savoir plus
  • Marie, 41
    Marie, 41
    Je m’appelle Marie, je suis maman d’une fille de 15 ans qui souffre d’acidose tubulaire rénale depuis ...  > En savoir plus
  • Anne et Albert, 50
    Anne et Albert, 50
    Bonjour, je m’appelle Anne. J’ai 50 ans et je suis femme au foyer. Depuis quelques années, ...  > En savoir plus

Produits susceptibles de vous intéresser:

  • iD Pants
    iD Pants

    Sous-vêtements absorbants adaptés aux fuites urinaires moderées à sévères  > En savoir plus

  • iD Slip
    iD Slip

    Changes complets adaptés aux fuites urinaires moderées à sévères  > En savoir plus