L’appareil urinaire

La miction se définit ainsi comme un acte volontaire qui permet l’évacuation de l’urine hors de la vessie. Il s’agit en fait du terme médical pour désigner l’action d’uriner.
Apparatus
Ce besoin naturel résulte de mécanismes complexes.
  • Les reins filtrent notre sang pour évacuer une partie de l’eau et des déchets de l’organisme.
  • De cette filtration résulte l’urine, un mélange d’eau et de déchets azotées (urée, acide urique).
  • L’urine est acheminée par les uretères jusqu’à la vessie, un réservoir musculo-membraneux. Elle s’y accumule, jusqu’à ce que la quantité de liquide soit suffisamment importante pour déclencher l’envie d’uriner.

La vessie se remplit et se vide grâce aux différents muscles :
  • le détrusor, muscle de la paroi de la vessie, qui se contracte pour impulser la miction ;
  • les sphincters, qui « ferment » la vessie, et empêchent l’écoulement de l’urine par l’urètre. Ils se relâchent pour permettre la miction.
Leur fonctionnement est régi par le système nerveux.

Un autre ensemble joue un rôle clé dans le bon fonctionnement de la vessie et des sphincters : le plancher périnéal. Il soutient les viscères et participe au « verrouillage » de la vessie par les sphincters.
Chez un individu en bonne santé, l’envie d’uriner se déclenche lorsque la vessie contient environ 150 ml d’urine. Une fois que vous êtes aux toilettes, prêt à uriner, votre cerveau commande :
  • à la vessie de se contracter pour expulser l’urine ;
  • aux sphincters et aux muscles du plancher périnéal de se relâcher pour permettre la vidange de la vessie par le canal de l’urètre.
Une fois la vessie vidée, les sphincters se resserrent, et le plancher périnéal reprend son rôle de soutien.

Voir d'autres articles

Recherche de produits

Vous pouvez choisir vos produits en répondant à quelques questions.

Obtenez des conseils personnalisés sur votre espace dédié